L'histoire contée au quotidien

Nos coordonnées

PAPIERS D'HISTOIRE

67800 BISCHHEIM

FRANCE

 

Email : bastiandelbouys@gmail.com
  

 

N'hésitez pas à utiliser notre formulaire de contact.

A la une

- SOUVENIRS D'UN AEROSTIER DE 1870

( seconde partie )

De A à Z dans le désordre

- VASCO DE GAMA

Le baroudeur des mers

Et aussi ...

Prochainement à la une

SOUVENIRS D'UN AEROSTIER DE 1870

(troisième partie)

Archives articles

Désormais sur Internet

Bienvenue sur notre site.

Liens

www.creazheim.com/ 

DESIGN - CREATION D'OBJETS DE DECORATION - ARTISANAT D'ART - PEINTURE SUR TOUS SUPPORTS.

www.gitedescharmilles.com/

UNE ETAPE EMOTION AU COEUR DE LA BRESSE

 

www.oliviavoyancemagnetisme.com

MEDIUM PUR, SANS SUPPORT POUR UNE VOYANCE DE QUALITE.

MAGNETISME.

http://go.ladyperle.affaire.3.1tpe.net

NAPOLEON HILL OU LES SECRETS POUR REUSSIR

http://go.ladyperle.dmontegut.1.1tpe.net

E-BOOK MAZAS OU LA MEMOIRE DES CATHARES

http://go.ladyperle.slinge.2.1tpe.net

E-BOOK INEDIT - TREIZE QU'ILS ETAIENT

Roman biographique sur la vie des prisonniers en Allemagne en 1940 - 1945.

http://go.ladyperle.titus51.2.1tpe.net

PARLER ANGLAIS EN 30 JOURS

20 mn. par jour pendant 30 jours chrono

De A à Z dans le désordre - page 29 -

SOUVENIRS D'UN AEROSTIER DE 1870

(première partie)

NADAR ET SES ASSOCIES

"Quatre-vingt sept ans se sont écoulés depuis le premier ballon des frères MONTGOLFIER d'Annonay. Son lancement avait eu lieu à l'occasion de la réunion des Etats du Vivarais, le 4 juin 1783, et l'expérience avait été répétée, devant la cour, le 20 septembre de la même année."

"Il avait déjà été utilisé lors du siège de Maubeuge, en 1793, et à la bataille de Fleurus, le 26 juin 1794, pour observer les armées austro-hollandaises et, tout au long du vingtième siècle, les ascensions de toute nature se poursuivirent. Pourquoi donc, y a t-il eu une telle indifférence de la part du gouvernement et des chefs des armées en 1870, alors que la France venait d'essuyer les revers de Gravelotte (16 - 18 août ) et de Saint-Privat ( 18 août ) et qu'une cohorte d'amateurs s'offrait pour les aider?"

"Un Lyonnais "marginal" - mon terme ne doit pas être considéré comme discriminatoire - choisit de "monter" à Paris et, peu satisfait de son patronyme (FELIX TOURNACHON), opta pour le pseudonyme de NADAR, qui allait le faire connaître du grand public, des milieux artistiques et littéraires, et d'un monde né depuis une trentaine d'années, grâce à JACQUES DAGUERRE et NICEPHORE NIEPCE, celui de la photo. Sa création du "Panthéon Nadar" l'introduisit dans une société de notables désireux de perpétuer leur mémoire, exception faite des politiciens, auprès de qui il n'était pas persona grata."

"Le ballon servit déjà à Fleurus pour suivre la marche et la stratégie de l'ennemi, qu'aurait-on pu faire de la nacelle d'un ballon, si le pilote avait été accompagné par un photographe? NADAR était prêt à "mitrailler" les Prussiens. A son intérêt pour les ballons et sa passion pour la photo, il aurait pu y adjoindre un rôle déterminant dans l'évolution du conflit."

"Avec deux amis, civils comme lui, - DARTOIS et DUFOUR dit DURUOF, il créa "la première compagnie d'aérostiers militaires". Ses associés s'aperçurent très vite combien il était utile de collaborer avec quelqu'un qui avait "le bras long" ... mais aucune de ses démarches ne parvint à secouer l'inertie des dirigeants."

"Le 9 août, CHARLES COUSIN-MONTAUBAN dit PALIKAO (le nom d'une de ses victoires en Chine) avait succédé à EMILE OLLIVIER. Il fut le dernier chef du gouvernement impérial. Quant au général LOUIS JULES TROCHU, il devint, par  désir impérial, le gouverneur de Paris, mais en fait, le président du gouvernement de Défense nationale. De quel bord étaient-ils tous les deux? PALIKAO était un "rouge" et TROCHU était animé d'une volonté ardente de sauver l'Empire.Inutile de dire qu'ils ne chantaient pas du tout avec le même diapason."

" L'impératrice, EUGENIE DE MONTIJO, fut nommée régente par l'Empereur, en son absence, mais, dès le 9 août, JULES FAVRE, député républicain, demanda à la Chambre de constituer un "Comité exécutif de 15 membres" pour la remplacer. Il était connu comme êtant un actif opposant au second Empire, et ainsi dévoila - c'est mon avis - son impatience de parvenir au pouvoir."

" Avec ses deux compères, NADAR choisit le lieu d'envol : la place Saint-Pierre de la butte Montmartre. Il recensa les aérostats encore disponibles à Paris et s'adressa à l'inventeur HENRY GIFFARD, mais ce dernier était défaitiste et préféra aller bronzer sur une plage plutôt que d'attendre l'entrée des Prussiens. Néanmoins, il faut mettre à son actif qu'il offrit à l'armée tout le matériel dont il disposait. Le recensement fut vite fait : il ne restait que deux ballons ... d'un âge avancé et propriété de DURUOF."

" Le 2 septembre, fut un jour noir pour l'histoire de ce pays, et pourtant, comme il faisait beau! Le soleil brillait tant qu'il donnait envie de flâner. Les nouvelles parvenaient difficilement à la capitale. Les Prussiens avançaient dangereusement vers Paris et la France allait vers l'abîme ... Personne ne savait encore la nouvelle du désastre de Sedan. Les clameurs prussiennes de victoire n'y étaient pas encore parvenues."

" Le 4 septembre, dés que la nouvelle fut connue, ce fut en masse que les Parisiens se précipitèrent au Palais-Bourbon où LEON GAMBETTA annonça la déchéance de NAPOLEON III."

" Quelques instants plus tard, à l'Hôtel de Ville, la République fut proclamée. Un gouvernement de "Défense nationale" allait prendre la relève ..."

" Evidemment, NADAR suivit les évènements ... en quelques heures, le ton changea : les communications entre Paris et les provinces - certaines étaient un peu trop turbulentes - devinrent une nécessité. La situation donnait raison à NADAR ... GAMBETTA - qui fut nommé ministre de l'Intérieur - approuva vite la fabrication de trois ballons."

" Trois fois par jour - pareillement de nuit - les ballons furent mis à l'épreuve et tout Paris eut les yeux fixés sur la place Saint-Pierre et sur la pompeuse enseigne "République Française, Ier aérostiers NADAR,DARTOIS, DURUOF ". Après toute l'indifférence, les propos verbeux et les promesses non tenues, elle caressait leur petit ego et stimulait leur combativité."

" La concurrence exista par la présence de la maison GODARD, avec laquelle NADAR était sérieusement en froid, mais cette rivalité provoqua une saine émulation, bonne pour le moral et la ténacité malgré la lettre calomnieuse d'EUGENE GODARD à JULES FAVRE devenu ministre des Affaires étrangères. Elle eut même un effet positif, puisqu'elle provoqua une réunion de tous les aérostiers de Paris - nous êtions nombreux - cela démontrait un véritable engouement pour cette "nouveauté" de 87 ans. Notre président allait être le docteur GERMAIN RAMPONT-LECHIN,directeur général des postes ... un choix heureux pour sa lucidité, sa simplicité, tout le contraire d'un va-t'-en-guerre et profondément républicain."

" L'espionnage des Prussiens ne fut certes pas abandonné, mais dans la perspective du siège de la capitale, une délégation de ce gouvernement de Défense nationale fut envoyée à Tours, et, bien entendu, les communications entre Paris et Tours étaient obligées de continuer. Il fallait penser au moral de la population qui ne devait pas se sentir abandonnée et livrée à des révolutionnaires ... l'ennemi n'attendait que cela."

(Suite - SOUVENIRS D'UN AEROSTIER DE 1870 - (seconde partie).

 

" L'ennemi qui crut enfermer les Parisiens dans un tombeau, les murer dans un sépulcre, n'a pu mettre de couvercle au caveau.

Leur prison eut pour plafond le ciel, et l'on n'investit pas le ciel.

La noire fourmilière des envahisseurs n'a pu crever l'azur.

L'homme délivré de l'antique pesanteur, a grâce au ballon, les ailes de l'oiseau ..."

Théophile Gautier