L'histoire contée au quotidien

Nos coordonnées

PAPIERS D'HISTOIRE

67800 BISCHHEIM

FRANCE

 

Email : bastiandelbouys@gmail.com
  

 

N'hésitez pas à utiliser notre formulaire de contact.

A la une

- SOUVENIRS D'UN AEROSTIER DE 1870

( seconde partie )

De A à Z dans le désordre

- VASCO DE GAMA

Le baroudeur des mers

Et aussi ...

Prochainement à la une

SOUVENIRS D'UN AEROSTIER DE 1870

(troisième partie)

Archives articles

Désormais sur Internet

Bienvenue sur notre site.

Liens

www.creazheim.com/ 

DESIGN - CREATION D'OBJETS DE DECORATION - ARTISANAT D'ART - PEINTURE SUR TOUS SUPPORTS.

www.gitedescharmilles.com/

UNE ETAPE EMOTION AU COEUR DE LA BRESSE

 

www.oliviavoyancemagnetisme.com

MEDIUM PUR, SANS SUPPORT POUR UNE VOYANCE DE QUALITE.

MAGNETISME.

http://go.ladyperle.affaire.3.1tpe.net

NAPOLEON HILL OU LES SECRETS POUR REUSSIR

http://go.ladyperle.dmontegut.1.1tpe.net

E-BOOK MAZAS OU LA MEMOIRE DES CATHARES

http://go.ladyperle.slinge.2.1tpe.net

E-BOOK INEDIT - TREIZE QU'ILS ETAIENT

Roman biographique sur la vie des prisonniers en Allemagne en 1940 - 1945.

http://go.ladyperle.titus51.2.1tpe.net

PARLER ANGLAIS EN 30 JOURS

20 mn. par jour pendant 30 jours chrono

De A à Z dans le désordre - page 9 -

CHARLES XII DE SUEDE

L'hiver russe : le grand ennemi des conquérants (première partie)

Hiver 1708 - 1709 - Hiver au froid mortel qui se fit sentir jusqu'en France. Bravant ces intempéries, CHARLES XII de SUEDE entraîna ses 40.000 "Carolins" dans l'immensité russe. Avec eux, il s'enfonça dans l'empire de PIERRE 1er qui deviendra "le Grand" pour l'histoire afin de le contraindre à déposer les armes et à traîter avec lui. Devant Poltava, il mit le terme à neuf années de succès insolents. Grisé par cette réputation d'invicibilité qui fit fuir les armées  à sa seule approche, il laissa ses grandes vertus tourner en défauts par leur excès.

Une parenthèse nous permettra d'expliquer que dès son accession au trône en 1697 - CHARLES XII n'avait que quinze ans et toute l'insouciance de son âge - le royaume de Suède avait pour voisins trois "croquemitaines". Se coalisant en septembre et novembre 1699, ils ne cherchèrent qu'à le démembrer et à se partager sa dépouille.

Le premier, FREDERIC IV de DANEMARK, cousin germain de CHARLES XII, entreprit de ravager le Holstein dont il voulait être l'unique maître. Son duc, FREDERIC IV de HOLSTEIN-EUTIN qui, par son mariage avec SOPHIE-HEDWIGE était devenu le beau-frère de CHARLES XII,  conclut une alliance avec ce dernier.

Le second, FREDERIC-AUGUSTE 1er de SAXE (devenu par élection AUGUSTE II de POLOGNE en 1697 et dont la mère était SOPHIE de DANEMARK) jetait des regards concupiscents sur la Livonie, suédoise depuis une centaine d'années. En février 1700, il alla assiéger Riga. Imprudente initiative qui facilitera le rôle du troisième protagoniste de cette curée,,le tsar PIERRE le GRAND, désireux, lui, de devenir PIERRE le CONQUERANT et d'avoir enfin un débouché sur ce lac suédois qu'était la Baltique. Les objets de sa convoitise étaient Narva, Jouriev et Dorpat.

COPENHAGUE

Voici donc définies les ambitions des trois acteurs. En face d'eux, pour leur tenir tête, un jeune homme de dix-huit ans. Comme il leur sera facile, par son inexpérience, de l'écarter. Pour ce même manque d'expérience, il sera appuyé par les flottes anglaise et hollandaise.

Après avoir pourvu, comme un vieux routier, à la bonne marche de ses Etats en son absence, il embarquera à bord du "Roi Charles". Ses quarante-trois vaisseaux se joignirent aux flottes alliées et cap fut mis sur Copenhague aalors que le roi, guerroyant en Holstein était absent. A l'initiative de CHARLES XII, elle fut également assiégée par terre à la grande peur des Danois. La crainte de voir sa capitale détruite amena FREDERIC V à composition. Le duc de HOLSTEIN recouvra son duché par un traîté signé le 5 août. CHARLES XII avait remporté sa première victoire.

Il n'eut pas à intervenir à Riga, dont le siège dura ce que durent les roses et le roi AUGUSTE II saisit la première occasion pour le lever, mais il accourut avec 20.000 Suédouis au secours de Narva, assiégée par PIERRE Ier et 80.000 Russes - alors qu'à Stockholm, trois envoyés moscovites juraient encore, avec quelle hypocrisie, que jamais la paix ne serait violée. Il y arriva pendant l'absence du tsar, parti chercher un renfort de 40.000 hommes.

En une journée, Narva fut sauvé, l'armée moscovite décimée pour de minimes pertes dans les rangs suédois. CHARLES XII fut merveilleux de noblesse et d'humanité, ne gardant prisonniers que les officiers supérieurs, fournissant des bateaux afin de permettre aux Moscovites de regagner leurs foyers, allant même jusqu'à donner de l'argent à leurs officiers totalement démunis et complètement stupéfaits d'une telle libéralité, plus habitués aux châtiments qu'à la clémence. La cause de PIERRE Ier était momentanément perdue, l'intervention de renforts non aguerris s'avérait inutile. Il renonça.

(Suite - CHARLES XII DE SUEDE - L'hiver russe : Le grand ennemi des conquérants - seconde partie)